Assassin’s Creed : meilleure adaptation de jeu vidéo ?

Assassin’s Creed : meilleure adaptation de jeu vidéo ?

Assassin’s Creed est une adaptation d’un jeu éponyme sorti par Ubisoft en 2007 sur Playstation 3, Xbox 360 et PC. Puisque le film est co-produit par Ubisoft Motion Pictures, la présence du créateur du matériau d’origine devrait nous promettre une adaptation respectueuse. Non ? 

On reprend l’équipe de Macbeth et on recommence

Justin Kurzel reprend donc Michael Fassbender et Marion Cotillard pour cette adaptation du fameux jeu vidéo mélange entre Histoire complotiste et science-fiction. Ainsi, on y suit les péripéties du descendant d’un assassin, ennemi des templiers lesquels cherchent à contrôler le monde. Les coquinous. Abstergo, multinationale qui sert de couverture aux templiers, a créé une machine, l’Animus. Elle permet à une personne de revivre et modifier les souvenirs de ses ancêtres stockés dans son ADN. Une « régression ». Improbable, mais très bon concept de jeu vidéo. Le film part d’une histoire différente de celle du jeu, tout en respectant le concept à la lettre. Donc, quant à la question du respect du matériau d’origine, le jeu Assassin’s Creed, c’est bon.

Période moderne

Cal Lynch (Michael Fassbender) est un condamné à mort qui va se réveiller de son exécution avec Sofia (Marion Cotillard) à son chevet. Elle est la créatrice du programme Animus, et aussi fille du patron d’Abstergo. Le lieu est intéressant. On dirait une prison spatiale pour clients fortunés. En effet, tous les murs, les sols sont propres et lisses. Le plus intéressant, c’est la machine : construite comme une arène au milieu d’un vieux château de l’époque de l’inquisition. Cal pourra y exécuter les mouvements de son ancêtre grâce à un bras géant suspend au plafond. Des projecteurs permettent aux autres de voir les souvenirs défiler dans l’arène. Les séquences de régression sont ainsi très réussies. Elles permettent aussi d’afficher la relation ambigüe qui se nouera entre le personnage principal et Sofia, principal attrait du film. Même si parfois mal amenée, la qualité globale de ces séquences est excellente.

Période inquisition

C’est là que, de mon point de vue, le bât blesse. Ces scènes ne sont pas très intéressantes et dans la majorité de leur contenu, ne servent pas le récit. Alors que c’était le côté cool du jeu Assassin’s Creed grâce aux séquences d’enquêtes, de recherche et de préparation aux assassinats. Ici, c’est pour l’essentiel des scènes d’action tournées à la Paul Greengrass (Jason Bourne). Ainsi, on ne profite que rarement de la chorégraphie des combats ou du Parkour. Plus la musique très forte, le tout peut paraître plus agressif qu’immersif. Bon point cependant pour les passages « FPS » (First Personal Shooter, Jeu de tir à la première personne), notamment quand le personnage principal tire à l’arc.

Bref, un bon film et surement la meilleure adaptation de jeu vidéo. En tout cas une des meilleures. Mais elle n’est pas exempte de défauts.


Site Officiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *