DJI Spark : le mini Mavic Pro

DJI Spark : le mini Mavic Pro

DJI revient avec un nouveau drone. Encore. Après le Mavic Pro, le DJI Spark représente le nouveau produit d’entrée de gamme du fabriquant de drone.

Le RTF de loisir

Pendant longtemps DJI n’avait qu’un seul drone de loisir : le Phantom. Lequel a permis de diffuser plus largement ce type de produit, au delà des aéro-modélistes. À chaque itération, le prix augmentait. Du coup, il y a moins d’un an, DJI clarifiait ses gammes loisir avec le Phantom 4 Pro à plus de 1500€ et le Mavic Pro (voir notre test) autour de 1000€. Mais avec le Parrot Bebop, le Yuneec Breeze ou l’original Hover Camera Passport, tous autour de 500€, DJI devait réagir. Et voici le Spark.

Un mini Mavic

Sa forme rappelle largement le Mavic Pro, sauf qu’il n’est pas pliable. À drive vrai, il est tellement petit (14cm de large, 14cm de long et 5cm de haut) et si léger (300g), inutile de devoir le réduire davantage. Il a une autonomie de 16mn, 2km de portée avec la télécommande, vole à 50km/h en mode sport et prend des vidéos en HD 1080p. Donc, mis à part sa taille, il est clairement en dessous du Mavic Pro. Donc, pourquoi il est plus intéressant que ses concurrents ? Pour son intelligence.

Le cerveau du DJI Spark

Les drones actuels de DJI sont dotés d’énormément d’intelligence et de conscience de leur environnement. le Spark ne déroge pas à la règle avec les détecteurs d’obstacles et les capteurs multiples et variés pour un pilotage ultra-précis. La nouveauté ici, réside dans les automatisations. En effet, prenez-le dans la main, face caméra, démarrez-le et il s’envolera tout en vous suivant. Formez un cadre avec vos doigts et il prendra une photo. Un signe de la main pour qu’il s’éloigne et prenne de l’altitude, l’opération inverse étant possible. Placez la main sous le drone pour qu’il atterrisse. Mais le mieux, c’est la capacité de guider le DJI Spark avec la main. Un peu comme un Jedi déplace des objets grâce à la force.

Les nouveaux modes de capture

En plus des classiques Follow-me et autres méthodes de capture cinématographiques automatisées, DJI a rajouté le mode QuickShot. En un clic, le drone effectuera l’un des 4 mouvements préprogrammés autour d’une cible : fusée (montée en altitude), dronie (recule et s’élève), cercle et spirale. C’est si intéressant que nous pouvons espérer les voir débarquer sur les drones précédents par mise à jour.

Pour finir, le DJI Spark possède deux nouveaux modes de photographie. Le panorama horizontal ou vertical et le ShallowFocus. Ça rappelle un peu le concept présenté par Apple sur son dernier iPhone, qui permet de flouter le contour d’un sujet. Le système de vision 3D embarquée du Spark permet évidemmen de définir facilement ce qui est à flouter par rapport au sujet. Pareil, espérons que cette fonctionnalité apparaisse par mise à jour sur les anciens modèles.

Conclusion

Faut-il craquer ? Ça dépend. Si vous voulez un drone quasi-professionnel, que vous pourrez vraiment piloter et aller loin, prenez le Mavic. Si vous voulez un drone sympa sans dépenser une fortune, le DJI Spark est peut-être fait pour vous. Il coûte quand même 599€. Mais c’est certainement le meilleur drone de ce segment de marché, donc si vous êtes tenté par un drone pour vous prendre en photo depuis les airs, n’hésitez pas. D’autant que, si vous êtes également tenté par le FPV, sachez que ce drone est aussi compatible avec les DJI Goggles vous permettant une immersion complète durant le vol.


Site officiel | Les 10 règles concernant les drones

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *