Mother! : un film très indescriptible

Mother! : un film très indescriptible

Après le très moyen Noé, Darren Aronofsky revient avec Mother! Un film qui sombre dans la folie jusqu’à l’indescriptible tout en restant très ouvert. Trop ?

Mother!

Jennifer Lawrence vit avec Javier Bardem dans sa petite maison paumée et précédemment sinistrée. Elle tente d’y ramener la vie. Pendant ce temps, Il essaie de dépasser son syndrome de la page blanche. Un jour, Ed Harris s’incruste chez eux. Puis sa femme, Michelle Pfeiffer. Et ça va poser des problèmes…

Sans spoiler

Le film est tellement spécial, qu’aller plus loin dans la description des évènements serait vous gâcher l’expérience du long-métrage. Donc, parlons de généralités.

Horreur

Mother! est vendu comme un film d’horreur. En fait, non. C’est plus un thriller psychologique. Alors, si vous aviez l’intention d’aller le voir pour vous taper un trip horrifique au ciné et parler, glousser ou je ne sais quoi… Abstenez-vous ! Allez voir Annabelle 2 plutôt. Ou mieux, n’allez pas au cinéma. Au pire, je vous recommande le visionnage de ce guide du savoir-vivre au cinéma, ça vous fera pas de mal…

Réalisation

Revenons à nos moutons. C’est donc Darren Aronofsky (Requiem for a Dream, Black Swan, The Wrestler) qui réalise ce film et forcément, c’est assez irréprochable. C’est beau, c’est original, c’est prenant et l’image a toujours une signification. Rien à dire là-dessus. La séquence finale en particulier, est complètement dingue !

J-Law

Ensuite, le casting. Jennifer Lawrence est parfaite. What else? Les autres sont pas moins biens, loin de là, mais il se trouve que tout le film se concentre sur le personnage de l’interprète de Katniss Everdeen. Elle est de tous les plans, et elle passe par des émotions tellement diverses et non souhaitables et à aucun moment on la lâche.

Histoire

Reste le scénario. Il est compliqué. C’est typiquement le genre de film dont on sort en se demandant ce qu’on a vu, et c’est pas forcément mal mais c’est pas sûr que tout le monde comprenne en le regardant. Après, il semble que le film soit ouvert à interprétations, donc vous trouverez sûrement une signification à ce qui est à l’écran.

Avec spoiler

Mother! dispose donc de plusieurs interprétations. Certaines peuvent être tirées par les cheveux, mais voici celles que j’ai vu durant le film ou après la séance en fouillant internet. N’hésitez pas à utiliser les commentaires pour en discuter.

Bible

La plus évidente serait donc la biblique. Elle marche à priori tout le long du film. Bardem serait Dieu, Lawrence la vie, Harris et Pfeiffer représentent Eve et Adam. À noter que lorsqu’ils détruisent le « diamant » précieux, ils se mettent à copuler et ni une ni deux, des enfants apparaissent (même si précédemment mentionnés). Cet objet serait donc la fameuse pomme. Le bébé des deux personnages principaux pourrait être Jésus et ça peut aller assez loin dans le gore de l’adaptation. Enfin, il y a les cycles de la vie au début et à la fin du film.

Trump

Le réalisateur dit l’avoir écrit par rapport à Trump où Jennifer Lawrence serait en fait l’ère des hommes qui ne respectent pas mère nature, la détruisent et en « dévorent » tous ses « fruits ».

L’artiste

Ce qui m’est apparu pendant le visionnage, c’est plus la métaphore de la création. Bardem serait l’artiste, Lawrence la muse, Harris et Pfeiffer la stimulation. Et on a bien les fans qui « s’approprient » la création de Lui et de la mère, le bébé. La fin du cycle serait une nouvelle page blanche vers une nouvelle création. Le diamant représenterait le bagage des connaissances passées pour faire une meilleure oeuvre.

Vie privée

Enfin, il y a l’interprétation privée du réalisateur. En effet, il a récemment divorcé de l’actrice Rachel Weisz (La Momie, Agora, The Foutain). Donc là, l’auteur qui ne peut se contenter de l’amour de sa femme, qui a besoin de l’admiration du public, ça pourrait être la raison de leur séparation, allez savoir…

L’avis de Marcel : ★★★★★
Bon, je note Mother! mais je ne sais toujours pas si je l’aime ou pas. Je ne sais même pas si c’est une bonne chose que je me questionne encore sur le sens du film. Cette incertitude générale m’était inconnue depuis Dans la peau de John Malkovich ou Human Nature. Et en même temps, je ne retournerai sûrement pas le voir… Il m’a sincèrement choqué comme les générations X et Baby-Boomers ont été choqués par Orange Mécanique.

Page Facebook

3 réactions sur “Mother! : un film très indescriptible”

  1. Pingback: Frames 2017 : festival des youtubeurs à Avignon - Le Cabanon de Marcel
  2. Trackback: Frames 2017 : festival des youtubeurs à Avignon - Le Cabanon de Marcel
  3. Pingback: Top 2017 Cinéma : les films estimés – Le Cabanon de Marcel
  4. Trackback: Top 2017 Cinéma : les films estimés – Le Cabanon de Marcel
  5. Pingback: Red Sparrow : séduction, violence et duperie – Le Cabanon de Marcel
  6. Trackback: Red Sparrow : séduction, violence et duperie – Le Cabanon de Marcel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *