MP 2013 : l’ouverture !

MP 2013 : l’ouverture !

Enfin, Marseille Provence 2013 a démarré dans nos territoires, et malgré l’indifférence des médias, le lancement est bel et bien réussi !

Le 16 septembre 2008, quand Marseille et les communes l’entourant obtiennent l’aval du jury européen, je n’aimais pas Marseille. Je pensais cette ville salle, malfamée, polluée. Mais Marseille, c’est une ville qu’il faut arpenter pour découvrir sa diversité de lieux, d’architectures, de personnalités et d’origines. La plus vieille ville de France, fabriquée par ses arrivants depuis les phocéens, souhaite cette année montrer un autre visage et faire oublier 2012, et son intérêt médiatique irrémédiablement lié au sang et à la violence dans une ville d’immigration. Du pain béni pour des Patrick Buisson ou Marine Le Pen qui ont pu ainsi exciter les passions, et Marseille en a été la représentation, et son image en a souffert, et les marseillais pas moins. Marseille, c’est l’éternelle deuxième, mais ces derniers temps, on dirait qu’elle ne fait même plus partie de la France : quand on entend sur une radio nationale, la question « combien Marseille va coûter à l’Etat » comme si l’on parlait d’une aide humanitaire pour un pays du tiers monde, il y a de quoi blesser l’orgueil. Et pendant ce temps, les quartiers ne sont pas plus surs, les règlements de compte continuent et Marseille n’est plus que la ville du crime. Un paria, même pour les communes voisines.

Mais cette année, c’est celle de Marseille, et le mépris des médias télévisuels n’y changera rien. La présence de sujets sur ce weekend d’ouverture dans les JT du soir ou sur les chaines d’info en continu est quasi nulle, ont été préféré pendant trois jours les préparatifs d’une manifestation d’illuminés contre le mariage pour tous ! Nous n’aurons eu droit qu’à des 13h, entre le boulanger de la Creuse et le tailleur de pierre de la Corrèze. Aucune offense, mais ce sujet méritait probablement une visibilité nationale un peu plus importante. Sur certaines chaînes, on pouvait même voir comme seule information, la disparition de trois personnes à Saint Antoine et rien sur la soirée. Comme quoi seul le sang parvient à faire sortir des journalistes du périph. À finir par croire que le journalisme anglo-saxon très porté sur les stars seins à l’air serait moins voyeuriste. I-télé et BFMTV avait trouvé le moyen de faire un direct sur l’avion qui emmenait les corps des enfants belges morts dans un accident de bus chez eux, mais la cérémonie d’ouverture de Marseille Provence 2013 capitale de la culture, vous imaginez ? C’est tellement plus intéressant Frigide Barjot, qui essaie de rendre l’homophobie « cool » en s’habillant en rose et criant à qui veut bien l’entendre qu’elle a plein d’amis gays. Maintenant que je l’écris je comprends une telle attention, c’est si passionnant une catho habillée en rose !

Pendant ce temps, Marseille tentait de reconquérir une image. Et même sans média, on peut penser qu’elle a réussi. 400 000 personnes réunies dans le centre-ville entièrement piéton et regorgeant d’évènements plus ou moins grands. On se demande encore pourquoi ils nous ont fait partir de centre commercial Grand Littoral. En effet, seule la parade des mécanos et un micro feu d’artifice étaient de la fête, surtout que le rapatriement vers le centre des festivités en a été rendu terriblement complexe mais pas trop mal assuré par la RTM très bien organisée dans l’ensemble ce soir-là vu le nombre de participants. On a apprécié la fréquence des métros et des bus jusqu’à très tard ! Et une fois au vieux port, la fête commençait vraiment, feux d’artifices à l’improviste, installations avec son, eau et lumières, le retour de la parade des mécanos, musique brésilienne, et un magnifique spectacle d’équilibristes déguisés en anges avec des milliers de plumes volant dans la ville. La fête était réussie, on s’y sentait bien et en sécurité, l’ambiance était bon enfant, agréable, même assez familiale. Marseille était belle ce soir-là, et vivante.

Et puis, il y a eu le dimanche, avec l’opéra gratuit, et la carte au trésor, qui aurait réuni malgré la pluie pas mal de monde. En tout cas, pour un dimanche, les rues n’étaient certainement pas vides, le Pavillon M, accueil éphémère de l’évènement où France Culture animait en public ces programmes ce weekend, était bien rempli, comme le Mucem ou Musée des civilisations d’Europe et de Méditerranée, premier musée national décentralisé ouvert au public sur l’esplanade du J4. Magnifique bâtiment, comme son voisin à la forme improbable. Le Mucem est très organique, on se croirait dans un monde marin où les poutres sont des algues, les étages des récifs, etc… La programmation qui commencera au mois de juin promet déjà avec les origines des religions et des démocraties dans le bassin méditerranéen.

Voilà un petit tour d’horizon sur ce weekend, mais les photos parlent mieux donc je vous invite à les consulter ci-dessous. Continuez à consulter l’agenda, des évènements auront lieu toute l’année, en particulier au printemps pour la nouvelle saison culturelle et cet été, en période de forte affluence touristique. En tout cas, cette année démarre au-delà des attentes les plus optimistes, donc tant pis pour l’approbation de l’autre capitale, entre ça et la création d’une grande métropole, Marseille et sa région sont prêtes à prendre leur place dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *