Taxi 5 : la relève est bien là

Taxi 5 : la relève est bien là

La fameuse Peugeot boostée au pastis revient sous un nouveau jour. Entre hommage et inédit, Taxi 5 nous offre plus d’1h30 de rire dans notre chère cité phocéenne.

Avant-Première

Nous avons donc pu voir en avance Taxi 5 au cinéma Pathé Plan de Campagne près de Marseille, où l’équipe du film dont le réalisateur / scénariste / acteur principal Franck Gastambide ainsi que Malik Bentalha, Bernard Farcy, Sand Van Roy, René Malleville et cerise sur le gâteau, le scénariste des originaux, Luc Besson. Ci-dessous notre direct :

Taxi 5 : la fameuse Peugeot

Hommage

Commençons par ce qui est à la fois bien et moins bien. Franck Gastambide est entièrement à l’origine de ce nouveau volet remis au goût du jour, mais tout en rendant régulièrement hommage à ses prédécesseurs. On sent pendant tout le film que le scénariste est vraiment un fan de la série, comme le prouve les nombreuses répliques reprises des quatre précédents. Peut-être trop. En effet, si je devais faire un seul reproche à Taxi 5, c’est celui-ci. Sans trop jouer sur la nostalgie, le film se reflète assez dans l’original. Mais, ces « références » ne sont pas nécessaires à la compréhension du film ni au plaisir du visionnage.

La relève : action

Bon, maintenant que les maigres reproches qu’on peut faire au film sont passés, on peut attaquer le lourd. L’action pour commencer : c’est vraiment très bon. Les séquences de conduite sont assez folles et remarquablement réalisées, jusqu’au plongeon final. Donc, ça fait plaisir de voir dans un film français des cascades de voiture qui n’ont pas à rougir de la concurrence transatlantique. La série et les autres productions Europacorp ont toujours été en avance sur cet aspect, mais il me semble qu’un nouveau cap a été passé.

La relève : humour

Le nouvel aspect majeur qui me fait dire que les hommages un peu appuyés n’ont pas tant d’importance dans l’appréciation du film, c’est l’humour. En effet, les personnages sont toujours des bras cassés qui se mettent dans des situations absurdes. Mais le regard de Franck Gastambide sur ces personnages complètement fantasques est assez inédit dans le paysage du cinéma français. Surtout du paysage de Christian Clavier… Bref, Taxi 5 présente avec une étonnante humanité et sincérité des personnages variés et attachants. On rit avec eux de leurs gaffes, de leurs traits de caractère et parfois même du décalage entre l’aspect extérieur source de mauvaise blague facile et l’être désirable. Il y a un regard touchant et drôle sur ces inadaptés auxquels on s’identifie instantanément. Et on rie. Beaucoup. Tout le temps en fait.

En conclusion, c’est super de voir une comédie d’action française multiculturelle assumée. C’est la France qu’on aime, c’est la diversité du cinéma qu’on veut voir, c’est une nouvelle génération à laquelle on souhaite du succès et d’autres films de cet acabit. Et en plus c’est à Marseille, donc ça fait plaisir.


Page Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *